La différence entre un traducteur sourd et un interprète en Langue des Signes ?

Pour les traductions du français vers la Langue des Signes, des traducteurs sourds dont la Langue des Signes est leur première langue (ou langue naturelle) sont plus légitime. D’autant plus que la traduction en Langue des Signes se fait en vidéo. Il n’est pas simple de retranscrire sur une vidéo qui est par nature en 2 dimensions un message déclamé en 3 dimensions. Pour cela, le traducteur sourd doit faire preuve de précision dans sa traduction afin que la vidéo soit la plus claire et la plus lisible.

Le code de déontologie Société Française des Traducteurs stipule : “Le traducteur veille à toujours réunir les conditions lui permettant de réaliser un travail de qualité. Il s’engage à travailler dans les règles de l’art, à savoir : traduire uniquement vers sa langue maternelle ou une langue cultivée, maniée avec précision et aisance ; (…)”

Ce qu'il faut savoir

Pour les traductions du français vers la Langue des Signes, des traducteurs sourds dont la Langue des Signes est leur première langue (ou langue naturelle) sont plus appropriés.

Pour l’utilisateur de traductions, avoir le « réflexe traducteur » c’est faire appel à un traducteur professionnel, garant d’un travail dans les règles de l’art. Un traducteur professionnel est un traducteur compétent, spécialisé et responsable. Faire appel à une personne sourde ou à une personne bilingue est risqué. Bien que la maîtrise de la Langue des Signes semble suffire, elle ne garantit aucunement des aptitudes à concevoir une traduction fluide et élégante. Le plus important est leur aptitude à établir les bonnes passerelles entre les langues, à restituer l’essence du message dans leur propre langue, avec la terminologie et le style qui conviennent.

sft-full